Pages

jeudi 25 octobre 2012

La face cachée de la terre

CAVERNES, face cachée de la terre, sous la direction de Rémy Wenger, éditions Nathan.
238 pages d'un beau livre à l'épaisse couverture cartonnée, enrichi d'illustrations évidemment impressionnantes, mariées à un texte précis: on apprend beaucoup de choses sans indigestion. Le mélange idéal ? Tiens, cela pourrait être l'occasion de comparer avec le web, on verra à la fin du billet...



Le livre se décompose en trois parties:

  • Les cavernes, histoire, mythes, géologie, faune.
D'abord, des noms de savants: Athanase Kircher et son Mundus Subterraneus, Noël Antoine Pluche, Tolkien, Platon bien sûr pour qui la caverne symbolise le lieu où l'on n'accède qu'à une part limitée des connaissances.
Les cavernes font peur, l'idée de se trouver au fond d'un puits clos de toutes part constitue une épreuve mentale redoutable, mais elles furent aussi les premiers habitats protégés des hommes grâce à leurs murailles protectrices (une seule issue à surveiller) et  à leur stabilité thermique. Elles permirent ainsi un meilleur sommeil ce qui a pu favoriser la construction de l'intelligence (p.28).
On y parle des Anasazis, avec leurs pueblo et leur kiva. Plus près de nous, on apprend l'histoire du village de Naours (p.34), réplique à 30 m. de profondeur du village extérieur qui permettait aux habitants de se protéger des pillards et des guerres de religion. 
description des formes karstiques

Toujours sur le mode de la fascination, le volet géologique du livre nous apprend que les grottes sont dans le karst, dessins et schémas à l'appui, mais surtout que même les grands réseaux spéléogiques ne sont que les artères principales d'un réseau de plusieurs milliers de kilomètres.
 Pas étonnant que l'eau souterraine représente la plus grande part des réserves d'eau douce. Une eau karstique vulnérable, mise en danger par la pollution. Les spéléologues prédisent notamment une catastrophe écologique au gouffre de Jardel (Doubs) lorsque la rouille aura fini de ronger la carapace des obus qui trempent dans le lit de la Loue souterraine.
Une anecdote, toujours dans le Doubs:  en 1901, la source de la Loue s'est mise à sentir l'anis, conséquence de l'incendie de l'usine Pernod à Pontarlier, sorte de traçage involontaire....
Les grottes constituent aussi des archives du temps avec les couches successives d'ossuaires de faunes disparues dans les gouffres pièges.



  • Ceux qui les explorent: les spéléologues.
À partir de la page 120, on s'intéresse à ces explorateurs de l'ombre. La France serait le terroir de la spéléologie. Citons le marquis de Vivetières qui descendit dans la grotte des Demoiselles dans l'Hérault (1780), le marquis de Nointel qui explora la grotte d'Antiparos en Grèce et réunit un demi-millier de personnes pour la messe de noël en 1673. Plus tard, les pères de la discipline se nomment Édouard-Alfred Martel - imaginez un homme qui se fait descendre assis à califourchon sur une escarpolette, tenant la corde d'une main et une bougie de l'autre, couvert d'un chapeau melon...- Norbert Casteret, Robert de Joly qui tous laissent de nombreux ouvrages relatant leurs exploration. Je vais regarder sur Gallica.
Peu à peu, l'équipement s'allège et on peut aller de plus en plus loin. En 1956, on franchit la barre mythique des 1000 mètres de profondeur dans le gouffre Berger. Si quelqu'un possède le Paris Match du 22 septembre 1956, on en parle...Et le 19 octobre 2004, la barre des 2000 mètres de profondeur est franchie à Krubera Cave, en Abkhazie. La fin d'une cavité est un leurre, repoussée plus loin à chaque expédition...
les spéléologues, des gens secrets
Les spéléos sont dépeints comme des amateurs éclairés et  discrets qui cherchent plutôt à maintenir les secrets sur leurs découvertes, capables de d'arpenter de manière systématique des lieux peu fréquentés pour découvrir une cavité inconnue. Ils dressent la cartographie souterraine de manière détaillée grâce aux relevés topographiques, au ruban métré, à la boussole, au clinomètre (appareil qui mesure les pentes) et relèvent dimensions, pentes et azimuts. 

Les auteurs réussissent à nous faire partager leur fascination pour une passion salissante, dangereuse, épuisante. C'est aussi l'occasion de plonger dans un monde sémantique évocateur du monde souterrain avec des mots connus et d'autres que l'on découvre, inventaire:  
  • le monde hypogé
  • les étroitures
  • les siphons
  • troglodyte
  • karst
  • lapiez,
  • dolines
  • galeries épiphréatiques
  • dolomie
  • gypse
  • exutoire du système,
  • tubes de lave
  • fluoroscéine,
  • mondmiltch,
  • stalactites, stalacmites, colonnes, draperies, radon, glacières
  •  différences entre faune troglobie, troglophile et trogloxène...
  • on y rencontre le fascinant protée (souvenir le plus marquant du livre), la chauve-souris, le gecko, le guacharo, la salanguane, des disparus:  le mégacéros, l'ours des cavernes, ursidé trogloxène dont on a retrouvé les mandibules et les marques de griffes dans les gouffres où il était tombé... 
Le protée a fasciné des générations de spéléologues


  • La dernière partie de l'ouvrage est consacrée à quelques récits aux quatre coins du monde: tube de  lave au Canaries, intérieur d'un glacier dans les Alpes, ou en Islande au Vatnajökull etc...
Pendant ma lecture, je me demande si chaque terme va me renvoyer vers un site, un article wikipédia, une vidéo YouTube, un vieux livre numérisé, magie du web qui permet d'étendre une lecture, de l'augmenter, mais sûrement pas de la remplacer.
L'image synthétique formée dans mon esprit après cette lecture est irremplaçable de l'expérience lecture. Un beau livre qui m'a renvoyé à des souvenirs julesverniens mais aussi Tintin avec cette phrase de la page 191 : "à quand une expédition de spéléovolcanologie lunaire ?" (le lien s'ouvre sur une page d'On a marché sur la Lune).

Mise à jour: il suffit effectivement de taper spéléologie dans le moteur de recherche, la ressource est abondante, et les vidéos sur YouTube bien faites.
Je ne mets pas de liens vers des sites mais voici la page de bibliographie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire