Pages

vendredi 4 octobre 2013

J'ai débranché- Thierry Crouzet


Témoignage
Thierry Crouzet, J'ai débranché (Fayard).
Perdre du temps sur des bouquins sans intérêt, c'est énervant. Pourtant, son blog est intéressant. C'est ce qui m'avait donné envie. 
C'est l'histoire d'un homme qui quitte internet et les réseaux sociaux pour cause d'épuisement. Et qui fait de son âme libérée du réseau son sujet d'observation. Contemplation de son nombril, on a affaire à un monde d'une normalité rétrécie assez incroyable. Le monde d'un petit blanc aisé qui évolue au-milieu des siens.  «On formait une clique autosatisfaite. »
Un jour, il va faire faire du kayak sur le lac, il a mouillé son smartphone, il ne peut pas twitter sa randonnée sur l'eau. Il s'extasie, waouh, c'est chouette de pagayer sans twitter.
 Il a réussi dans sa vie professionnelle, il semble avoir conquis une liberté et une qualité de vie enviable, c'est ainsi qu'il se présente, et pourtant, on a l'impression qu'il lui manque un truc.  Il a des problèmes de riche, et c'est chiant. Si au moins il se moquait un peu de lui-même. Mais non, ça se prend terriblement au sérieux. Il va voir son psy, il dit "Mon psy", en tout cas celui qui trouve grâce à ses yeux (conseillé par un ami). A la fin, avec son psy, ils en arrivent à la conclusion qu'il n'avait pas une vraie addiction.
Ce monde-là exposé me laisse songeur. On a une écriture plate et aseptisée, des phrases qui tombent pleines de certitudes. Il lui manque le Doute, le vrai doute. D'où l'absence d'esprit critique.

Ce livre papier coûte 18 euros,  j'ai perdu quelques heures à le lire, quelques heures à en parler, et ça m'énerve. J'aime pas être méchant.
Exemple du style

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire