Pages

vendredi 17 janvier 2014

Les Outrepasseurs tome 1

Littérature "young adult".
Les Outrepasseurs, de Cindy Van Wilder.
Tome 1: Les Héritiers. Gulf Stream éditeur.

Le livre est déposé dans la boîte aux lettres. Envoyé par l'éditeur en service de presse dans le cadre du partenariat avec Babelio. Critiques du livre sur Babelio.

 Créé en 1982 sous le nom "Les Éditions Gulf Stream", Gulf Stream Éditeur, installé à Saint-Herblain (44), est un éditeur de livres et d'images. Gulf Stream Éditeur publie des livres pour enfants et adolescents en espérant être comme le courant qui porte son nom, plein d'énergie, de chaleur et de vie.

C'est un livre épais avec une belle couverture blanche et des ornements. Au centre de la couverture, un trou dans un O ouvre sur une illustration marquée du chiffre 1 en lettre d'or. Symbole de la mise en abyme du texte.
Le risque, ce serait de ne pas aimer un livre qu'on vous envoie gratuitement. Pas de souci, je l'ai lu en deux fois, on ne le lâche pas.

Le talent principal de  Cindy Van Wilder, c'est de réussir à faire exister des personnages si différents. Il y a le jeune Peter qui ouvre le roman. Il rêve d'une carrière de footballeur comme beaucoup de jeunes de son âge. Au-moment où l'entraîneur le remarque enfin, son destin bascule. Deux chiens noirs l'attaquent dans la nuit et il va devoir renoncer à une vie normale, non sans tourments, non sans souffrance.

Il y a le Frère François qui traverse le pays l'hiver en direction de Paris et qui se sent obligé d'aider des villageois persécutés par des événements surnaturels. Il y a Niels, ce père en colère qui ne peut pas aimer ce fils aîné qui ne lui ressemble pas. Et il y a le Chasseur, cette créature qui incarne le mal surpuissant qui domine outrageusement les humains qui lui font face. Nous voyons évoluer ces personnages au cours du roman, nous savons que certains vont revenir, d'autres vont forcément mourir...Et il y a ces communautés villageoises du Moyen-âge qui pensent que pour anéantir le malin il faut dresser des bûchers...
Les événements s'enchaînent sans qu'on s'y attendent, et, une fois terminé, le roman nous reste en mémoire grâce à sa construction ingénieuse: les plongées, les souffles, qui sont autant de métaphores d'une mise en abyme, d'un aller retour entre présent et passé.

Comment définir le plaisir ressenti à la lecture? On a un style simple et efficace totalement au service des descriptions de l'univers médiéval et des péripéties qui s'enchaînent. Des familles qui nous ressemblent avec leurs qualités leurs défauts et qui sont les jouets de créatures surnaturelles et d'un sort maléfique. On sait que ces êtres ordinaires deviendront cruels à leur tour. Et métamorphosés... Ça se boit sans soif, comme on dit. L'univers est mis en place, le premier affrontement a eu lieu que va-t-il se passer dans les souterrains obscurs de la Reine trois fois née trois fois morte ? Qui remportera la guerre ?


Pierre était le dernier. Il adressa un salut moqueur au garde et respira une dernière fois la brise qui agitait les arbres. Il avait tant aimé cette terre, il s'en rendait compte maintenant. Il se laissa tomber dans le précipice qui s'ouvrait à ses pieds et qui venait d'engloutir les siens. Sa seule famille. Après son passage, la porte se referma. Comme si rien n'était jamais arrivé. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire